crédits : DR. | cliquez pour voir la photo

Atoll

 

Le moins qu’on puisse dire est que la proposition d’Atoll est variée et répond à tous les besoins.

Alors je pioche au fur et à mesure des miens…

Lecteur de réseau / DAC très complet ST200, facile d’emploi, chantant, pas prise de tête, ou la version intégrant un ampli éminent (SDA200), des objets modernes, adaptés aux nouvelles façons de profiter de sa musique, stockée sur disque ou NAS ou en streaming via Bubble UpNP ou MConnect. Les ST sont de vraies couteaux suisses puisqu’ils peuvent aussi être utilisés comme de vrais préamplis, entrées ligne et diverses en numérique incluses.

En clair, vous pouvez brancher un ampli de puissance directement à l’arrière des ST et profiter d’une liaison courte, pour bénéficier de la signature Atoll : éloquence et vitalité, couleurs et nuances, joie de vivre garantie…

La petite minichaine ultra complète composée des HD120, MA100 et MS ou MD100 est très chouette, engagée, vive, du bonheur pur…

Car si la ligne mini est très mimi, la musique est grandiose, ces petits engins sont de vraies bombinettes à plaisir ! L’énergie déployée est sans commune mesure avec la dimension des bibelots normands et le plaisir à l’arrivée est bien supérieur à la somme dépensée. Ça ne veut rien dire ? Ben si voyons : le rapport qualité/prix, ça vous dit quelque chose, non ? Ici il est plus que favorable pour pénétrer dans le monde du contrat musical d’Atoll.

Et dans la collection des Frères Sérieux (c’est une confrérie très select !) bien évidemment, le chef-d’œuvre : l’IN300 !

Un intégré qui, s’il vient utilement et efficacement compléter la lignée Atoll qui souffrait quand même d’un manque entre l’IN200SE (1500 €) et l’IN400 Cece (4500 €), est bien plus que ça, autant par ses possibilités, puisqu’il est muni d’un DAC ultra-moderne et performant qui sait même décrypter le DSD, que par sa musicalité : il égratigne des appareils renommés (hi hi) coûtant 3 fois son prix, au point que je ne suis pas loin de croire que certains pourront le préférer à l’IN400 par cette sensation d’une rapidité et d’une transparence qui transcendent tous les instants musicaux, et tout ça avec une aisance prétorienne face à des charges réputées difficiles.

La densité matérielle des notes en fait un modèle du genre, alliée à une intelligibilité supérieure, cohérente sur la totalité du spectre et un sens du rythme qui fait si souvent défaut dans le haut-de-gamme. Nombreux sont ceux qui nous font répéter le prix d’un tel bijou, un diamant véritable pour le prix d’une pacotille, c’est chouette, non ?

Un beau challenge réussi, un jalon supplémentaire dans la longue saga Atoll !

Attention, je ne suis pas en train dire que l’IN300 surclasse le 400, appareil en progrès constant, dont la dernière mouture domine d’une tête par une panoplie aquarelliste magistrale, un sens des nuances approchant le bestiau des meilleurs du marché, à quelque prix que ce soit. Il y a, dans la vocalité de l’IN400, quelque chose de plus noble, une suave expression de sérénité qui le verrouille en tête de la longue liste des intégrés Atoll.


 

cliquez pour voir la photo

 

 

Le site d'Atoll :

http://www.atoll-electronique.com/fr/